BURKINA FASO : Production de la fraise, un business rentable

La fraise, fruit comestible, de couleur rouge issu du fraisier, auparavant connu pour sa culture dans les pays d’Amérique, d’Asie et d’Europe est pourtant en plein essor au Burkina Faso qui est le 4ème pays producteur en Afrique. La production de ce fruit est un business rentable qui exige du dévouement et de la patience.

24 aout 2019. Boulmiougou. Quartier situé à la sortie Ouest de la ville de Ouagadougou. Au barrage de Boulmiougou, il n’y a que de l’eau à perte de vue. Aucune production de fraises n’est visible. Pourtant c’est d’ici que vient une grande partie des fraises vendues à Ouagadougou et en Afrique. En cherchant les cultures de fraises autour du barrage, nous rencontrons Gilbert BONKOUNGOU. Un producteur de fraises. Il nous explique que la culture des fraises prend plusieurs mois, la première étape étant celle de la préparation des jeunes plans de fraisiers par les pépiniéristes. Ensuite vient la préparation des sols qui intervient bien avant la saison des pluies. C’est la raison pour laquelle nous n’avons pas vu de champs de fraises en arrivant. Les fraises sont disponibles sur le marché entre janvier et avril. Selon ce dernier, beaucoup de Burkinabè pensent que les fraises commercialisées au Burkina sont importées. Pourtant c’est une production entièrement nationale.

De quoi a-t-on besoin pour réussir la culture de la fraise ?

Saïdou Jean Paul SIMPORE, président de la coopérative des maraichers de Boulmiougou nous explique que la fraise peux se cultiver en sol tout comme en hors sol. Pour la production en sol, le fraisier s’accommode de la plupart des sols à condition qu’ils soient perméables. Le fraisier n’aime pas les zones inondées. La terre idéale est meuble, profonde et à tendance acide. Pour Saïdou, pour réussir la culture de la fraise il faut essentiellement cinq choses : la terre, les jeunes plants, de l’eau en abondance, des fertilisants et du temps pour faire le suivi.

Pour la production hors sol, les fraisiers sont plantés dans des bacs ou des sacs contenant de la terre, des substrats végétaux ou minéraux.

Selon les producteurs, la fraise burkinabè est produite dans des conditions naturelles avec une utilisation très réduite de produits chimiques. Ce qui fait qu’elle a un gout sucré, et est beaucoup prisée aussi bien par les consommateurs nationaux qu’internationaux.

Culture de la fraise en hors sol

Le marché des fraises

Il se produit environ 136 kilos de fraises par seconde dans le monde, soit plus de 4,3 millions de tonnes par an. La production de fraises est concentrée sur deux pays : Etats-Unis et Espagne.

En 2017, Africanews estimait à 100 tonnes la quantité des fraises produite au Burkina Faso, par an. Saïdou SIMPORE, nous confie que la culture de la fraise nourrit bien son homme. Il affirme que selon les périodes, le kilogramme peut être vendu entre 3000 FCFA et 10 000 FCFA. « Nos exportations à destination de la Côte d’Ivoire, du Mali et du Ghana sont les plus rentables » explique-t-il. Il ajoute que certaines vendeuses de ces fruits ont pu s’autonomiser financièrement.

Pour mieux comprendre le marché national de la fraise, nous repartons vers le centre-ville. A une centaine de mètres du fret de l’aéroport international de Ouagadougou se trouvent des vendeuses de fruits. Sur les étals, pas de fraise (ce n’est pas la période). Elles nous confient cependant qu’elles s’approvisionnent avec les producteurs de Boulmiougou. Djénéba, vendeuse de fruits depuis trois ans affirme faire des bénéfices intéressants sur les fraises lorsque c’est la période. Son activité lui a permis de faire un ensemble de réalisations dont entre autres, l’acquisition d’une parcelle en zone non lotie, l’achat de sa motocyclette, la scolarisation de ces deux enfants et la gestion des charges quotidiennes.

Que peut-on faire avec les fraises ?

La fraise est l’un des fruits qui contient le plus de vitamine C. Elle renferme 6 à 9% de sucre seulement. C’est un remède naturel à la constipation, qui favorise la fortification des os et des dents. La fraise se consomme crue ou cuite. Il existe une centaine de recettes de cuisine à base de ce fruit dont les plus connues sont : la mousse ultra légère aux fraises, la charlotte aux fraises, le Bavarois aux fraises, le Tiramisu aux fraises, la tarte aux fraises , la Pavlova aux fraises, le sablé au citron et fraises, le LAYER Cake aux fraises, etc.

Perspectives pour les entrepreneurs agricoles

La consommation mondiale de fraises est en hausse. En Afrique, la grande partie de la production est assurée par cinq pays : le Maroc, la Tunisie, le Kenya, le Burkina Faso et le Sénégal. Pour les agriculteurs africains, le défi se situe à plusieurs niveaux :

  • Renforcer les connaissances et les compétences des producteurs dans le domaine de la culture des fraises ;
  • Développer de nouveaux marchés ;
  • Travailler à la transformation sur le plan local en allant vers le congelé et les conserves ;
  • Développer un label « made in Afrique » à travers entre autres la qualité des productions et le packaging.

                                                 Laetitia Cynthia BAYALA/ Evelyne Téné COULIBALY

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Rejoignez nous:

×