Mike Adenuga : Deuxième homme d’affaire le plus riche d’Afrique

Comment se faire des millions ou avoir plusieurs milliards ? Probablement, vous devez travailler très dur, ne pas avoir peur de prendre des risques et avoir une certaine part de chance à l’image de Mike Adenuga qui est la star du classement 2019 des milliardaires africains de « Forbes ». C’est un magnat des affaires au Nigeria, il a 66ans et possède une fortune désormais estimée à 9,2 milliards de dollars contre 5,3 un an plus tôt. Il est la deuxième personnalité la plus riche d’Afrique, derrière Aliko Dangote qui détient désormais 10,3 milliards de dollars.

De son vrai nom Michael Adeniyi Agbolade Ishola Adenuga Junior, Mike Adenuga a fait ses études secondaires à Ibadan au Nigeria. Il a étudié par la suite à la Northwestern Alva Oklahoma State University et à la Pace University de New York où il a obtenu un MBA en administration des affaires. Ce dernier, conduisait un taxi pour payer ses études, alors que ses parents appartenaient à la classe moyenne. En effet, son père, Oloye Adenuga, a enseigné dans une école et sa mère, Juliana Oyindamola Adenuga, était une femme d’affaires.

  1. Adenuga a eu son premier succès dans le monde des affaires avec un million de dollar à l’âge de 26 ans. Le futur magnat est revenu au Nigeria après ses études aux États-Unis et a été impliqué dans des transactions dans une scierie appartenant à sa mère. En outre, il vendait de la dentelle et d’autres textiles et a également distribué du Coca-Cola. Finalement celui qui aime s’appeler « Ibadan Boy », tracera son propre chemin en se lançant dans le business des accessoires automobiles. « J’ai vu qu’il y’avait tellement de voitures et que personnes ne prenait au sérieux l’acquisition des pièces détachées. Alors, je me suis dit, il faut bien que quelqu’un règle ce problème ». Il s’enrichit surtout en vendant des autoradios amovibles, apportant une solution aux problèmes de vol que subissaient les propriétaires de véhicules.

En devenant plus mature, il avait des amis influents parmi les militaires. Avec l’aide de son ami Ibrahim Babangida, l’ancien président militaire du Nigéria, il se voit confier des contrats de construction de logements d’Etat. Un marché très lucratif dans un contexte où les prix du pétrole sont en progression. Ce dernier a ensuite obtenu un permis d’exploration pétrolière, ce qui a donné naissance à l’entreprise Conoil Producing Limited. L’entrepreneur a été la première personne d’origine nigériane à explorer le pétrole brut à l’échelle industrielle. En 1990, il a obtenu un permis de forage puis, en 1991, M. Adenuga a commencé à produire du pétrole en grande quantité dans les eaux peu profondes (sud-ouest de l’État d’Ondo). En ce qui concerne son entreprise de communication mobile, il a obtenu une licence GSM en 1999.

Toutefois il n’a pas connu que des succès, il a exploré le secteur des banques avec sa banque Equatorial Trust Bank (ETB) en 1990. Cependant en 2006, ETB fusionne avec Devcom mais le business a fonctionné que jusqu’en 2009 car ETB a été déclaré sous capitalisé et gérée de manière peu satisfaisante. Elle a plus tard racheté par Sterling Bank en 2011.

Aujourd’hui, Le deuxième milliardaire d’Afrique est un ténor des télécoms et du pétrole dans son pays. Il est le propriétaire de Globacom, troisième réseau de téléphonie mobile du Nigeria et meilleure compagnie de télécom d’Afrique de l’Ouest en 2007. Fondé en 2003 et fort d’un réseau de 12 000 tours de téléphonie mobile et 42 millions d’abonnés environ, avec des implantations au Ghana et au Bénin.  « J’ai deux yeux et deux oreilles comme tout le monde, et lorsque je marche j’en fais bon usage. Je savais que c’était un business à faire et que nous réussirons. ».

Réussira-t-il à déclasser Aliko Dangoté en 2020 ? Le temps nous le dira.

                                                                                                   Evelyne.Téné.Coulibaly

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Rejoignez nous:

×