Pourquoi investir dans le karité

Le karité pousse exclusivement en Afrique, et plus pré­cisément dans les 16 pays suivants : Mali, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée, Nigéria, Bénin, Niger, Sénégal, Cameroun, Congo, République démocratique du Congo, Soudan, Togo et Ouganda. Ces pays sont les seuls fournisseurs d’amandes et de beurre de karité au monde, ce qui fait du karité une grande opportunité d’affaire. Le marché mondial du karité est en forte expansion de­puis plus de dix ans. Selon les projections, la valeur totale des exportations de karité pourrait encore tripler entre 2010 et 2020. Comment investir dans le karité ? Quelques pistes pour vous.

Qu’est-ce que le karité ?

Appelé « Taanga » en mooré, « si » en dioula, « kadanya » en haoussa et « limou » en Fon, le karité est un arbre qui ne pousse qu’en Afrique de l’Ouest et Centrale. Egalement appelé « arbre à beurre » dans certains pays, le karité produit des fruits qui ont plusieurs usages. Le karité mesure entre 10 et 15 mètres de hauteur avec des feuilles caduques. Il faut attendre environ 18 ans pour voir le karité fleurir. Dès qu’il commence à fleurir, il produit ses fruits de façon discontinue pendant une durée de 100 à 300 ans. Le fruit du karité est également appelé karité. Il se présente sous forme de grappes de fruits ovoïdes de couleur vert sombre à brun, mesurant entre quatre et huit centimètres de long et pesant entre 10 et 57 grammes.

Le marché du karité

Selon la « stratégie nationale de développement durable de la filière karité du Burkina Faso 2015-2019 », le marché mondial du karité est en forte expansion de­puis plus de dix ans. La valeur totale des exportations d’Afrique de l’Ouest a été multipliée par douze entre 2000 et 2010. Selon les projections, la valeur totale des exportations de karité pourrait encore tripler entre 2010 et 2020. Les estimations du Dr. Lovett pour l’ITC, prévoient qu’en 2020, la valeur totale du karité exporté (beurre et amendes compris) sera de 402 000 000 dollars US.

La demande en amendes et en beurre de karité vient non seulement des grandes entreprises mais aussi de millions d’entrepreneurs qui espèrent se faire fortune avec « cet or des femmes ». Selon le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), le beurre de karité fait travailler directement ou indirectement environ trois millions de femmes en Afrique.

Perspectives pour les entrepreneurs

Pour les porteurs de projets et les entrepreneurs, le karité offre de grandes opportunités de business :

  • La collecte des amendes : Le Burkina Faso est le 2ème producteur mondial de karité après le Nigéria. Pourtant, selon l’étude sur les aspects socioéconomiques des filières prioritaires des produits Forestiers non ligneux (janvier 2017), 68% du potentiel de ce pays reste exploité soit 842 882 tonnes d’amandes pouvant permettre la production de 280 960, 6 tonnes de beurre par an (842 882 000 kg/3). La collecte des amendes est donc un créneau d’investissement porteur.
  • Le transport : Les transporteurs actuels des amendes et du beurre de karité ne sont pas spécialisé dans ce domaine. Ils transportent le plus souvent tous types de produits. En raison des exigences liées à la qualité du beurre de karité, lancer un business sur le transport exclusif des amendes et du beurre de karité peut s’avérer intéressant.
  • La transformation: Elle consiste en l’extraction du beurre de karité et à la fabrica­tion de savon, de pommades et produits cosmétiques. La plus grande partie de la production du karité est exportée vers l’Europe, les Etats-Unis d’Amérique et l’Asie. Installer des unités de transformation en produits semi-finis ou finis peut s’avérer rentable.
  • La commercialisation: L’activité des commerçants est liée à la saisonnalité des produits du karité. Parmi les commerçants, on ren­contre les collecteurs, les grossistes, les exportateurs, les semi-grossistes et les détaillants. Pour peu qu’on trouve des marchés au niveau national et international, la commercialisation des amendes ou du beurre devient un business sûr.

Les principaux types de produits issus du karité

L’arbre à karité est aussi appelé « arbre miracle » dans certains pays africains. Toutes les parties de cet arbre peuvent être exploitées et servent à la production d’autres produits, alimentaires, pharmaceutiques, cosmétiques ou autres.

Dans la « stratégie nationale de développement durable de la filière karité du Burkina Faso 2015-2019 », il ressort que :

  • Les feuilles sont utilisées en médecine traditionnelle comme bains de bouche, ou comme infusion contre les maux oculaires, les névralgies dentaires, les maux de ventre, les maux de tête. Il est possible d’en tirer des huiles essentielles. Elles sont aussi utilisées dans les cérémonies traditionnelles pour protéger les nou­veau-nés et confectionner des masques. Selon les périodes de l’année et les régions, elles peuvent aussi être utilisées comme fourrage.
  • Les fleurs sont préparées en salade et utilisées dans la fabrication du miel. Elles produisent aussi des huiles essentielles.
  • Les écorces sont utilisées dans la maroquinerie pour adoucir les peaux, et dans la médecine traditionnelle pour traiter l’amibiase, la lèpre, ou les morsures de serpents, mais aussi pour faciliter l’accouchement et la production de lait chez la femme allaitante.
  • Le bois de karité est utilisé d’une part dans la construc­tion de maisons et palissades (il est très résistant face aux termites), et d’autre part dans la production de charbon de haute qualité. Cette dernière est fortement déconseillée en regard des problèmes environnemen­taux que ça peut créer.
  • Les racines sont utilisées comme remède contre la diarrhée, les maux de ventre et de dents.
  • La chenille du karité est co­mestible, très riche en protéines, et peut être consom­mée séchée ou frite.
  • Les fruits sont convoités pour leur pulpe très sucrée, et leur noix riche en matières grasses.
  • La pulpe peut être consommée directement, préparée en confiture, ou utilisée pour la fabrication d’alcool. Elle est également utilisée pour l’alimentation animale.
  • Les noix de karité contiennent des amandes, qui sont utilisées dans la médecine traditionnelle pour lutter contre le paludisme, et servent à la fabrication du beurre de karité.
  • Les coques des noix servent à la fabrication de briques. En outre, elles sont utilisées comme fertilisant pour le compost, comme insecticide, comme exfoliant corporel, ou encore comme matière première dans la fabrication de contreplaqués.
  • Le beurre est très utilisé localement comme graisse de cuisine et combustible pour les lampes. Il sert égale­ment de matière première dans l’industrie cosmétique, et entre dans la fabrication de nombreux produits (shampoing, soins de visage et de corps, produits ca­pillaires, savons, etc.). Dans l’industrie agroalimentaire, il est raffiné et sert à la fabrication de la margarine, ou fractionné pour venir se substituer au beurre de cacao dans la fabrication du chocolat. Il est également utilisé dans l’industrie pharmaceutique.
  • Les tourteaux sont les résidus restant à l’issue du pro­cessus de production du beurre. Ils peuvent être utili­sés comme combustible, comme composant du crépi pour les maisons, comme compost, comme produits bioactifs ou encore comme alimentation pour le bétail.

Défi environnemental

Au regard de la dégradation grandissante de la ressource qui est l’arbre du karité et les perspectives de développement d’un futur marché, le besoin de protéger cette ressource de base devient urgent. Aucune des demandes en amande de karité et en beurre de karité ne seront réellement satisfaites si les pays producteurs n’ont pas d’informations quantitatives sur leur ressource de base ou s’ils continuent à dépendre entièrement des arbres sauvages. Ainsi, bien que le niveau d’offre actuelle réponde à la demande actuelle, il y a un besoin clair d’anticiper la demande future et de gérer la ressource par une plantation et un entretien de l’arbre car de lui dépend des milliers d’emplois.

     Evelyne Téné Coulibaly

Valentin Mano

Journaliste multimédia manovalentin1er@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Rejoignez nous:

×