Burkina Faso : Le business florissant des fleurs

Le poète français Charles Baudelaire, a écrit “Les fleurs du mal». Les fleuristes burkinabè, eux, écrivent l’histoire du commerce des fleurs au jour le jour. Organe reproducteur des plantes, les fleurs embellissent les recoins des individus de par le monde entier.  Au Burkina Faso, les fleuristes proposent multiples variétés de fleurs à diverses fins : embellir le cadre de vie, art médicinal ou source de bonheur. Et ce commerce leur est rentable. Gros plan sur la production et la commercialisation des fleurs naturelles. 

– La production des fleurs

Il est 07 heures du matin.  Nous sommes à Rassasgo, un quartier situé à l’est de la capital burkinabè, dans les alentours de la Maison d’Arrêt et de Correction de Ouagadougou. Le vacarme de la circulation est à son comble. Un groupe de marchands ambulants vient de nous indiquer les lieux de la production des fleurs naturelles. Après quelques minutes de chemin effrénées, nous nous sommes retrouvés devant un vaste Jardin bondé d’arbres et de fleurs empaquetées. L’odeur de la terre argileuse et la fraicheur de la nature nous accueillent. On se croirait dans le « Jardin d’Eden » au regard de la beauté des petites fleurs naturelles. « Soyez les bienvenus ». Vous venez voir les merveilles de la nature ? Que puis- je faire pour vous ? demande monsieur TAPSOBA Ousseni, jardinier-fleuriste  depuis 07 ans.

Des fleurs naturelles vendues à Ouagadougou

Après lui avoir exposé l’objet de notre visite, le trentagénaire  s’est prêté volontiers à nos questions. La plantation des fleurs naturelles au Burkina Faso commence à partir de décembre. La floraison se fait en deux ou trois mois selon les types de fleurs. « Les graines sont achetées et semées, ensuite lorsque la floraison débute, c’est l’étape des repiquages », explique-t-il. Les rosiers, les piczoria, les becs de perroquets, les Marantas, les sapins, Baobab de Chacal etc. sont les différentes variétés de fleurs naturelles produites dans le jardin que nous avons visité. Les Piczoria et les becs de perroquets sont les fleurs les plus achetées par les grossistes. La vente se fait par pied et les prix varient entre 1000FCFA et 2500FCFA selon les espèces de fleurs. La conservation des fleurs se fait en 2 ou 3 mois selon les types de fleurs. Certaines fleurs peuvent être conservées pendant une année ; c’est le cas des becs de perroquets et des Piczoria, ajoute-t-il. M. Ousseni plante plus de dix espèces de fleurs et chaque espèce peut produire 200 pieds de fleurs. La commercialisation de ces fleurs est beaucoup rentable. « Je peux  avoir plus de 1.000.000 FCFA comme bénéfice tout au long de l’année. » Les plus gros clients, confie-t-il, sont les commerçants des fleurs qui les revendent au grand marché. Monsieur TAPSOBA Ousseni dit ne rencontrer aucune difficulté majeure sauf les aléas climatiques qui jouent souvent sur production et la conservation des fleurs.

Le marché des fleurs au Burkina Faso

Seni Tapsoba fait de la vente de fleurs naturelles son business

Si certains revendeurs de fleurs préfèrent acheter les fleurs naturelles bio du Burkina Faso pour les revendre, d’autres préfèrent les importer. C’est l’exemple de Monsieur Seni TAPSOBA qui importe ses fleurs de la Côte d’Ivoire.  Cela fait  05 ans qu’il s’est lancé dans la vente des fleurs, qui est sa principale activité. Pour mieux comprendre le marché de la revente des fleurs, nous allons à la rencontre de monsieur Séni. Son lieu de travail se situe à une centaine de mètres du grand marché de Ouagadougou, en face de l’alimentation Cimas.  Il importe différentes variétés de fleurs notamment, les roses de porcelaines, les becs de perroquets, les Alpinas, les Asters, les Arums, les Hydrangées, des Roses, les lotus, etc. Chez lui, le prix des bouquets de fleurs varie de 3000 à 10. 000 FCFA. Les clients favoris d’après M. TAPSOBA sont les « blancs » et certains « noirs ». A la question de savoir si l’activité est rentable, M. TAPSOBA répond par l’affirmative. Il gagne sa vie. Par mois il lui arrive d’avoir 50.000 FCA et plus comme bénéfice surtout durant le mois de décembre. En effet,  à l’approche des fêtes de fin d’année c’est l’occasion pour les uns d’embellir l’intérieur de leurs maisons ou les abords de leurs domiciles. Pour les friands de beauté, les fans des belles choses, c’est l’occasion rêvée. La Saint Valentin est également une fête pendant laquelle les fleurs sont beaucoup demandées. Par ailleurs, Certains clients viennent acheter les fleurs et les offrent à leurs amoureux pendant leurs anniversaires.

Quand on imagine le langage des fleurs dans les échanges entre les humains, l’on accorde tout de suite une place de choix à ces êtres de couleur. Evoquez la rose dans une conversation, les amoureux vous suivront. Quand vous parlerez de rose rouge, ils vous répondront “l’amour pur” ; de rose blanche, “la paix”, la rose jaune, “la jalousie”.

Qui consomme les fleurs au Burkina Faso ?

Pour savoir qui sont les clients finaux des vendeurs de fleurs, nous faisons un petit sondage. Alisèta est vendeuse de fruits à côté de CIMAS. Elle avoue n’avoir jamais reçu de fleurs en cadeau et n’en avoir jamais offert non plus. Elle confesse préférer un téléphone ou des crédits de communication pour son anniversaire.

Christian est employé de commerce. Il dit être beaucoup inspiré par les senteurs de fleurs. Il en paie régulièrement pour lui-même et surtout pour en offrir.

Mme TRAORE que nous avons rencontrée au centre-ville est banquière. C’est une amoureuse de roses. Elle aime en recevoir. Que ce soit pour une occasion spéciale ou pas. Pour elle, la meilleure manière pour son époux de lui demander pardon est de lui offrir des roses blanches.

Le marché des fleurs a donc de beaux jours en perspective au pays des hommes intègres.

L’éclatant business des fleurs dans le monde

La consommation mondiale de fleurs coupées est énorme : elle est évaluée à 30 milliards € par an, l’Europe et l’Amérique du Nord étant les plus gros marchés. Chaque jour à Aalsmeer, aux Pays-Bas, environ 12 000 fournisseurs et 3 000 acheteurs négocient, en trois heures, la vente de quelque 20 millions de fleurs hollandaises, équatoriennes, françaises, israéliennes ou kényanes. Chaque année, le Kenya exporte quelque 88 millions de tonnes de fleurs vers le vieux continent. Un bouquet de fleurs en provenance du Kenya peut se vendre de 20 000 à 75 000 F CFA sur internet.

La production des fleurs se présente comme une belle opportunité d’investissement pour les porteurs de projets et les entrepreneurs africains. En Afrique, les deux plus grands producteurs de fleurs sont le Kenya et l’Ethiopie. La demande en fleurs est croissante. L’avantage est que « les fleurs aiment le sud ». Ces pays bénéficient de conditions naturelles idéales : luminosité parfaite avec le soleil qui y brille 12 heures par jour durant toute l’année. En plus leur climat rend souvent inutile l’usage des serres.

Que peut-on faire avec les fleurs naturelles 

Les fleurs font parties des « éléments composant les végétaux. Elles se cultivent facilement souvent dans les jardins pour les plaisirs des yeux. Les fleurs sont des objets de décoration par excellence.

Pour un grand nombre de personnes n’appartenant pas au monde scientifique, les fleurs sont généralement associées à l’ornement.  Le plus souvent, les fleurs naturelles sont utilisées pour embellir les maisons, les hôtels des lieux de cultes, des salles, etc.  Elles évoquent des langages selon les espèces et les couleurs, et permettent d’avoir une sensation de relaxation psychologique et de bien-être. Etant données qu’elles sont parfumées, certaines espèces contribuent à la fabrication de parfums ou de produits désodorisants. En plus des ornements, les fleurs sont utilisées comme cadeau pour être offertes pendant les évènements tels que les anniversaires, la Saint Valentin, la fête des mères, etc. Il parait cependant moins évident que les fleurs revêtent une importance économique majeure, liée à leur intérêt dans l’agriculture. En effet, la présence des fleurs est une condition nécessaire à de bons rendements de productions, donc à une alimentation humaine suffisante. En Outre, certaines fleurs sont thérapeutiques. C’est le cas de l’Aloès Véra, une fleur bien connue pour ses nombreuses vertus thérapeutiques.  En plus, Il y a des fleurs porte bonheur tels que le Baobab chacal.

                                                                               Laetitia Cynthia Carole BAYALA

 

 

Valentin Mano

Journaliste multimédia manovalentin1er@yahoo.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Rejoignez nous:

×