Burkina Faso : Recensement des unités industrielles

La Direction Générale du développement industriel a animé ce mardi 25 février 2020 une conférence de presse à Ouagadougou. Elle a porté sur l’opération spéciale de recensement des unités industrielles installées sur les zones industrielles du Burkina Faso.

 Le Ministère en charge de l’Industrie veut davantage répondre aux besoins liés aux terrains à usage industriel. C’est pourquoi, le 20 janvier 2020, il a lancé le recensement des unités industrielles implantées sur les zones industrielles de Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou. A trois jours de la fin de cette opération initialement prévue pour le 28 février, le bilan est insatisfaisant. Seulement 2,32% des unités ont été recensées. Et ce sur un total de 560 parcelles identifiées », confié le Directeur général du développement industriel M. SA Sylvanus Traoré.  A travers cette conférence, la Direction du développement industriel appelle les acteurs économiques à se faire recenser. Au risque de voir leurs terrains retirés.

Avoir des données disponibles sur les taux d’occupation des parcelles

A terme, cette opération permettra au Ministère en charge de l’industrie, de disposer de données sur les taux d’occupation des parcelles par ceux qui en avaient émis le besoin. Il s’agira entre autres de faire le point sur l’occupation des zones industrielles des villes concernées, d’identifier les attributaires des parcelles, d’établir la situation des droits et taxes à payer. Aussi elle permettra de déterminer les délais pour investir. Elle facilitera aussi l’identification de la nature de chaque investissement et fera une estimation des parcelles libres.

Dans un second temps ces informations permettront le retrait des parcelles détournées de leur objectif premier ou non mises en valeur conformément aux cahiers de charges et à la loi. En effet après l’autorisation du ministère, les entreprises attributaires disposent de 03 ans pour l’implantation de leurs unités industrielles. A cela s’ajoute une possibilité de 12 mois de prolongation, a expliqué le conférencier. Cependant le constat est tout autre sur le terrain car nombreux sont les attributaires qui après plus de quatre ans n’ont toujours pas tous les documents. Également les implantions de leurs industries n’ont toujours pas vu le jour a-t-il poursuivi.

Prolongation de l’opération jusqu’au 16 mars 2020

Face au faible taux d’enregistrement des unités, la Direction du développement industriel s’est montrée indulgente. Prévue prendre fin le 28 février, l’opération est prolongée jusqu’au 16 mars 2020. Soit deux semaines de plus.  Cette indulgence devrait permettre à tous les attributaires des parcelles à usage industriel de se faire recenser. M. Syvanus Traoré a ajouté que les fiches de recensement sont disponibles à la Direction du développement industriel à Ouagadougou et dans les Directions régionales du Ministère à Bobo-Dioulasso et à Koudougou.

A la question de savoir quelles sont les sanctions encourues, le Directeur général SA Sylvanus Traoré répond : « ceux qui ne disposent pas de tous les documents verront leurs parcelles retirées ». Quant à l’objectif final de l’opération de recensement des unités industrielles, il va au-delà de la perception des taxes a-t- il expliqué. Pour lui, elle est une opportunité d’implantation des nouvelles unités pour créer des emplois et surtout pour la transformation des matières premières locales.

                                                                                                                                            Arnaud Fidèle YAMEOGO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Newsletter

Rejoignez nous:

×