Noix de cajou: l’Afrique doit ajouter de la valeur à ses noix

Le continent africain cultive la plupart des noix de cajou brutes du monde. Cependant les pays africains ne transforment qu’une petite partie des noix. De ce fait, ils passent à côté d’une multitude d’opportunités offertes par l’explosion de la demande mondiale.

La noix de cajou en plein essor

Le marché mondial de la noix de cajou est en plein essor. Paradoxalement, les pays africains dont l’offre mondiale augmente de plus de la moitié n’en tirent pas profit. C’est qui ressort du dernier rapport de la CNUCED. Ainsi, les pays africains ne tirent pas de profit des noix de cajou en raison de leur manque d’industries de transformation. A titre d’exemple, entre 2000 et 2018, le commerce mondial de noix de cajou brutes a plus que doublé pour atteindre 2,1 milliards de kilogrammes. Les producteurs africains ont représenté près des deux tiers de la croissance.

Pourtant selon le rapport, les agriculteurs et les exportateurs africains n’obtiennent qu’une fraction du prix de vente finale. «Les pays qui cultivent des noix de cajou mais ne les transforment pas à une échelle significative ne conservent qu’une petite part de la valeur créée lorsque la noix se déplace de la ferme au magasin», a déclaré Miho Shirotori, qui dirige les travaux de la CNUCED sur les négociations commerciales et la diplomatie commerciale. «Les agriculteurs, les exportateurs et les travailleurs africains passent à côté d’une multitude d’opportunités», ajoute Mme Shirotori.

Anacardes
Anacardes

Comment les Africains passent à côté de cette grande opportunité ?

Les noix de cajou prospèrent dans les climats tropicaux de 20 pays d’Afrique occidentale et orientale. C’est dans ces pays qu’environ 90% des noix de cajou brutes commercialisées sur le marché mondial sont cultivées. Derrière la Côte d’Ivoire, les principaux producteurs sont la Tanzanie, le Nigéria, le Bénin, la Guinée-Bissau, le Mozambique et le Ghana. Mais moins de 15% des noix du continent sont décortiquées sur le sol africain. Le reste est exporté principalement vers l’Asie, où 85% des noix de cajou dans le monde sont décortiquées.

Le décorticage ajoute déjà de la valeur au produit. Seuls deux pays asiatiques, l’Inde et le Vietnam, ont représenté environ 98% des importations mondiales de noix de cajou brutes entre 2014 et 2018. Encore plus de valeur est ajoutée en Europe et en Amérique du Nord. En effet, 60% des amandes qui y sont commercialisées sont torréfiées, salées, emballées et consommées comme collation ou ingrédient dans une boisson, un bar ou un autre produit.

Noix de cajou brutes

Le coût d’un traitement limité

Bien qu’il soit difficile de calculer combien les Africains perdent, le rapport fournit des calculs indicatifs. En 2018, par exemple, le prix à l’exportation des noix de cajou de l’Inde vers l’Union européenne était environ 3,5 fois plus élevé que celui payé aux producteurs de noix de cajou en Côte d’Ivoire. C’était une différence de prix de 250%.

Au même moment, après une transformation secondaire dans l’UE, le prix des amandes de cajou était environ 2,5 fois plus élevé que lorsqu’ils étaient exportés de l’Inde. Ce même prix est environ 8,5 fois plus élevé qu’à la sortie d’une ferme en Côte d’Ivoire. «Cela montre le potentiel de création de valeur dans les pays africains producteurs de noix de cajou, dont 14 sont classés comme « les moins avancés »», a déclaré Mme Shirotori. «Et la création de valeur peut conduire à de meilleurs salaires pour les travailleurs et plus d’argent pour l’économie locale.»

Les noix de cajou peuvent contribuer à réduire la pauvreté en Afrique

Le rapport met en évidence le potentiel des noix de cajou à contribuer aux objectifs de développement durable des Nations Unies. En particulier celui sur la réduction de la pauvreté. «Étant donné que la production a généralement lieu dans les petites exploitations des zones rurales, il existe un lien direct entre la valeur ajoutée dans le secteur de la noix de cajou et la réduction de la pauvreté».

C’est ce qu’écrivent les auteurs du rapport. Ils ont par ailleurs souligné que les noix de cajou sont une source de revenus pour environ 3 millions de petits exploitants en Afrique. S’il est vrai que le potentiel inexploité de la noix de cajou est plus élevé en Afrique, il est également valable pour les autres pays où il est cultivé en Asie et en Amérique latine et dans les Caraïbes.

46 pays producteurs de noix de cajou «à grande échelle» sont des économies en développement

Le rapport souligne que les 46 pays producteurs de noix de cajou «à grande échelle» sont des économies en développement, dont 18 sont classés comme «pays les moins avancés» (PMA). «L’Afrique n’est pas au centre du rapport», a déclaré Stefan Csordas, auteur principal du rapport. «Mais étant donné que le continent produit plus de la moitié de l’offre mondiale et que c’est là que se trouvent 14 des PMA producteurs de noix de cajou, l’Afrique figure en bonne place dans l’analyse.»

Une douzaine des autres pays qui cultivent la noix sont asiatiques (quatre sont des PMA) – représentant 43% de la production mondiale – et 14 se trouvent dans la région d’Amérique latine et des Caraïbes, qui produit 5% de l’approvisionnement mondial.

Noix de cajou décortiquées
Noix de cajou décortiquées

Nouvelles opportunités de marché

Une gamme de tendances du marché mentionnées dans le rapport ouvre des opportunités pour les transformateurs africains. Il s’agit notamment du goût croissant des consommateurs mondiaux pour des collations plus saines et de leur préférence accrue pour les produits alimentaires plus respectueux de l’environnement et de source éthique. «La traçabilité, la transparence et la durabilité des chaînes d’approvisionnement alimentaire deviennent de plus en plus importantes pour les consommateurs et les fournisseurs».

C’est ce qu’indique le rapport. Il souligne par ailleurs que cela pourrait profiter aux transformateurs africains, qui s’approvisionnent en fruits à coque localement plutôt que par le biais de longues chaînes d’approvisionnement. Les transformateurs africains qui peuvent répondre aux normes de qualité et de sécurité alimentaires de plus en plus strictes sur les marchés mondiaux pourraient profiter de la demande croissante de produits biologiques, qui dans l’UE a augmenté, par exemple, de 121% entre 2009 et 2019.

De meilleures politiques sont nécessaires

Alors que l’épine dorsale de l’industrie africaine de la noix de cajou doit être un approvisionnement stable en noix brutes de haute qualité, le rapport indique que les transformateurs ont également besoin d’un environnement politique «qui leur permette d’opérer avec des coûts de transformation compétitifs et facilite l’accès aux principaux marchés d’exportation».

Les politiques visant à soutenir le secteur de la noix de cajou dans les pays africains doivent donc prendre en compte l’ensemble de la chaîne de valeur de la noix de cajou: production, transformation et commerce. Selon le rapport, cela inclurait:

·         S’assurer que les agriculteurs ont accès à des semis de qualité, au savoir-faire technologique et aux informations sur le marché.

·         Accroître la formation des agriculteurs sur l’entrepreneuriat et la gestion des exploitations, y compris les pratiques de récolte et post-récolte.

·         Soutenir la recherche publique qui aide à identifier les pratiques et technologies agricoles qui fonctionnent le mieux dans les conditions environnementales et économiques locales.

·         Améliorer les infrastructures rurales, y compris les routes secondaires, pour mieux connecter les exploitations de cajou et les sites de transformation.

·         Faciliter l’entrée sur le marché grâce au développement des compétences techniques et à un meilleur accès aux informations sur le marché.

·         Renforcement de la capacité des transformateurs de noix de cajou à répondre aux normes de qualité sur les marchés étrangers potentiels.

·         Promouvoir le développement de sous-produits de la noix de cajou, tels que les boissons à base de pommes de cajou, qui sont normalement jetées comme déchets.

·         Favoriser la coopération entre les régions productrices de cajou pour améliorer la stabilité du marché, limiter les goulots d’étranglement de l’offre et réduire les incitations à la contrebande transfrontalière.

Une telle action politique et un tel appui renforceraient en fin de compte les capacités productives des pays africains – les ressources productives, les capacités d’entrepreneuriat et les liens de production qui déterminent la capacité d’une économie à produire et à ajouter de la valeur aux biens et services.

Source : unctad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »